AccueilProgrammeEvénementsLes ToilesNewletterLivre d'OrContact
Cette section sera mise à jour très prochainement!

En 1909, le père Boudarel, curé, en accord avec la famille De Chabert, décide la construction d'une grande salle de spectacle avec gradins, juxtaposée à la maison de la rue Paparelle servant de patronage.


Le 22 décembre 1923, on peut lire dans les lignes du journal officiel de l'Association d'Education Populaire, la naissance de l'Etoile de Boën : c'est une association bénévole chargée de la musique, du basket, de la gymnastique, du patronage et du théâtre avec la troupe "L'Astrée".


C'est en 1925, que la salle de spectacle que la salle de spectacle se dote d'un appareil de cinéma muet.


En 1929, l'Abbé Martin, aidé d'une bonne équipe fait construire la cabine de projection, ainsi qu'une grande salle de buvette.


En octobre 1932, le premier film parlant est projeté : "Le Chanteur De Séville". Puis les films s'enchaînent, dont "Tarzan" , "l'Homme Singe" (décembre 1934), Buster Millionnaire et Mickey Aviateur (janvier 1935).


Les Actualités Eclair Journal précèdent chaque film.


En 1940, la salle compte 270 places : 30 réservées, 48 fauteuils, 64 premières et 128 secondes. Pendant la guerre, entre 1940 et 1941, la troupe de "l'Odéon" vient se réfugier dans la salle de théâtre, avec son directeur Alexandre Arquillère, originaire de Montverdun. Enfin, événement en novembre 1941, "Sur Le Plancher Des Vaches" est diffusé en première vision.


A cette époque, la censure s'effectue à deux niveaux. D'une part, l'Etat français (le commandement militaire du district de Montbrison) donne son accord avant toute projection publique. Ensuite, au niveau local, les responsables de la paroisse visionnent le film le mercredi et coupent certains passages qu'ils trouvent immoraux.


Le cinéma tourne alors 29 semaines par an, avec 3 séances par semaine : le vendredi réservé aux abonnés, le samedi et le dimanche.


En février 1942, "La Fille du Puisatier" remporte un immense succès populaire. Juin 1942, l'Etoile s'éteint, Le Foyer prend sa place.


En 1950, le marquis De Laffont Chabert vend l'ensemble des bâtiments à une société immobilière composée de Messieurs Jean Molager, Raymond Lyonnet, Henri Bedoin, Antoine et Victor Bouchand, Maîtres Poyet et Tachet, notaires.


C'est alors que de gros travaux ont lieu dans la salle : suppression des gradins, insonorisation, modernisation de la cabine, achat de sièges, élargissement de la scène, séparation de la buvette. En 1954, la société immobilière consent un bail de 15 ans au comité des œuvres paroissiales.


En 1954, la société immobilière consent un bail de 15 ans au comité des œuvres paroissiales.


Les années 1950-1960 marquent "l'âge d'or" du cinéma avec de nombreux films faisant plus de 1000 entrées sur 5 séances par semaines.



Page Précedente | 1 2 3 | Page Suivante
2003 - 2017 Association Cinéma L'Entract' | Mentions légales | Contactez-nous